Viviane a 52 ans et n'a pas eu une vie facile. Elle n'a pas connu son père, a perdu son frère très jeune, elle s'est mariée avec un homme qui la battait, et elle a dû âprement se battre pour continuer à voir ses enfants. Mais Viviane a "deux visages", selon les mots du parquet. Quand elle boit, elle devient une femme acariâtre, violente, qui fait apparemment tout pour détruire la vie de ses voisins, dans un clos à Aiseau-Presles. Et depuis le premier confinement, en mars 2020, elle boit tous les jours. Et quand, comme Madame K. - une voisine - on est en conflit avec Viviane, ça devient un véritable enfer.

L'affaire qui amène Viviane devant le tribunal correctionnel, c'est d'avoir suivi Madame K. dans la rue, armée d'un marteau, en la traitant de tous les noms. Emmenée au poste, elle en a profité pour proférer des horreurs profondément racistes à un des policiers, qu'on ne répétera pas ici mais qui l'ont persuadé de se porter partie civile. Le parquet est revenu sur la pétition signée par quasiment tous les voisins pour l'obliger à déménager. Sur la musique à fond, à toute heure du jour et de la nuit. Sur les nombreux PV pour imprégnation alcoolique et conduite en état d'ivresse. 

Mais tout ça, pour Viviane, c'est un complot. Ses voisins sont tous "dans la poche" de Madame K. qui voudrait l'évincer depuis une dizaine d'années. Même la police serait dans le coup, à l'entendre. "Je bois beaucoup, mais quand je bois, moi je reste chez moi et je n'ennuie pas le monde", assène-t-elle à l'audience, avant d'être confrontée aux rapports faisant état d'elle, totalement saoule, en train de faire de l'esclandre dans le quartier, et ceux - nombreux - pour tapage, notamment un en particulier où elle était tellement en colère d'avoir reçu une contravention pour avoir mis la musique à fond, qu'elle a décidé de mettre le son encore plus fort pendant 20 minutes après le départ de la police. Et si elle avait un marteau ce jour-là, ce n'était pas pour attaquer sa voisine pendant qu'elle avait le dos tourné, comme témoigne un autre voisin, mais parce qu'elle "posait des cadres sur le mur quand cette hystérique est venue tambouriner à ma porte et m'a fait très peur".

Pour ne rien arranger, le fils de Viviane est allé voler chez Madame K., qui a eu le malheur de laisser sa maison ouverte quelques minutes un jour, et l'a retrouvée à moitié vide. Comment on sait que c'est lui? "Le fils a tout restitué, sauf l'iPhone du fils de madame K. qu'il avait déjà revendu", note l'avocat de la défense. 

"Il est temps de mettre le holà", pour le ministère public. "Je demande 18 mois d'emprisonnement, et s'il y a sursis, qu'il soit probatoire et assorti de conditions très strictes. Et à la moindre nouvelle plainte, je serai encore plus sévère." 

Pour conclure l'histoire, on notera que Viviane a annoncé qu'elle déménageait. Elle ne semble par contre pas prendre la mesure de l'enfer qu'elle a fait vivre à tous ses voisins.