En ce jour de la Journée Internationale de la Personne en Situation de Handicap. Il est important de rappeler que Charleroi, fort de son label Handicity, travail ardemment, avec et pour les personnes en situation de handicap, La ville veut vraiment devenir inclusive. Si certains projets ont dû être repoussés à cause de la pandémie, l'échevine en charge de l'Egalité des chances, Françoise Daspremont, le Service d'Egalité des Chances et le conseil consultatif de la Personne en situation de handicap ont redoublé de créativité pour relever les défis de 2020 et préparer une année 2021 qui réponde aux besoins et aux enjeux fondamentaux liés à l'insertion et à l'inclusion.

"Les priorités en matière d’inclusion restent centrées sur tout ce qui, au quotidien, facilite la vie, et la rend plus conviviale, comme l’amélioration constante de l’accueil, l’accessibilité des bâtiments publics, culturels, sportifs et de loisirs pour tous, la mobilité (les transports publics, le stationnement), l’accès à l’information et aux documents…", explique Françoise Daspremont. Elle précise aussi  que la pandémie est venue bousculer les choses. "Tout en mettant en place des projets pour renforcer l’inclusion des personnes en situation de handicap, nous avons dû intégrer les changements induits par la crise", ajoute l'échevine.

La COVID-19 a effectivement impacté les citoyens les plus fragiles, dont les personnes en situation de handicap. La pandémie a demandé beaucoup de réactivité et d'adaptation sur le terrain. Le Conseil Consultatif, mis en place par la Ville et qui compte 27 associations travaillant autour du handicap, prépare l'après-crise, avec le soutien de l'échevine de l'égalité des chances. Il réalise un cadastre des problèmes qui ont été rencontrés mais aussi des solutions trouvées et des points qui restent critiques. Ce recueil permettra de partager de bonnes pratiques et de créer des fiches d'interventions en cas de situation d'urgence.

Dans le travail autour de l'inclusion, on trouve les institutions et les associations spécialisées, qui connaissent très bien le terrain. Celles-ci mènent des combats tout à fait légitime. Mais pour Françoise Daspremont, d'autres leviers sont à activer. "Il faut impliquer les acteurs des autres secteurs de la vie sociale, afin qu'ils deviennent aussi des acteurs de l'inclusion. C'est en ouvrant leurs portes aux personnes de situation de  handicap, en travaillant avec elles et en modifiant leurs pratiques que nous pourront réellement parvenir à une société inclusive". Pour la première fois, un appel à projet a été lancé cette fin d'année. Celui-ci permettra aux associations "non spécialisées" de développer des projets à vocation inclusive. Le Musée de la photographie, le Vecteur et la Maison des Jeunes à Roux comptent parmi les lauréats. 

En 2021, un grand chantier sur l'accessibilité des services aux différentes formes de handicaps: PMR, sensoriel et dits "invisibles" sera mis en place. Ce travail se basera sur les conditions et l'organisation de l'accueil au sein des services, sur l'équipement technologique. Des tablettes avec un système de traduction en langue des signes simultanées sera introduites. Le personnel bénéficiera aussi de formations.

La volonté de la Ville de Charleroi est de faire participer les personnes en situation de handicap au développement de la société.