Le romancier carolo Robert Reumont publie son huitième polar : les Dentelles pour linceul.

Suzette, c'est le petit nom affectueux de Cécile Lauris, aimable viticultrice septuagénaire. Elle est retrouvée morte, massacrée à coups de pierres, au milieu de ses vignes, au pied des Dentelles de Montmirail, cette chaîne de montagnes de Vaucluse. 

A Suzette, c'est aussi le nom de la commune théâtre du drame, la victime était aimée de tout le monde, ce qui rend le crime encore plus inexplicable. 

Pourtant, une femme très belle, une «estrangère», a de quoi faire une suspecte idéale.Venue de Marseille, on dit qu'elle y pratiquait le plus vieux métier du monde. On dit aussi que son vieux mari n'aurait pas perdu la vie de mort naturelle. Deux mauvais points pour elle. Mais ça ne suffira pas pour désigner la jeune veuve coupable de cet assassinat. Car un second meurtre et la disparition d'un témoin gênant viendront rebattre les cartes et compliquer l'enquête dans cet univers où fleurent bon le Côtes-du-rhône et une huile d'olive protégée. 

Le Carolo de naissance et Fleurusien Robert Reumont, dont c'est le huitième roman, s'y entend pour entraîner ses lecteurs sur de fausses ou vraies pistes : une famille radicalisée en lien avec des djihadistes aurait aussi pu liquider la septuagénaire ; un avocat marseillais, retors et malin, se retrouve également dans le viseur de la justice. Et puis d'autres suspects encore vont être reliés à cette affaire indémêlable. 

L'auteur de « Pages en plages », son précédent ouvrage, a véritablement fait dans la dentelle pour tisser une trame idéale en forme de lecture de vacances captivante. Lisons carolo.

Les Dentelles pour linceul, Robert Reumont, éditions St-Honoré, 22.90€