Il n’y a pas de retard mais… il y en a quand même. C’est en substance ce que vient de répondre le ministre wallon en charge de l’Economie Willy Borsus à la question parlementaire du député réformateur Nicolas Tzanetatos. 

Il s’agit du paiement des indemnités aux commerçants impactés par les travaux de rénovation urbaine de la ville haute, dans le cadre du programme Charleroi District Créatif. On le sait : dans le quartier du palais des beaux-arts et de l’hôtel de ville ainsi que sur les axes structurants qui le traversent du nord au sud, le réaménagement des espaces publics et voiries est en cours : places, boulevards, squares… Comme le rappelle le député, les commerçants peuvent obtenir des compensations pour les troubles de jouissance subis pendant la durée des chantiers. Ils doivent pour cela en faire la demande. 

Mais les paiements trainent. Certains bénéficiaires pourraient ne pas les recevoir avant septembre 2022. En Wallonie, 1079 entreprises ou indépendants ont déjà introduit des dossiers dans le cadre de ce dispositif, cela pour une moyenne d’un peu moins de 5.300 euros par entreprise, soit quelque 5,7 millions. A Charleroi, on dénombre 120 commerçants. 

Willy Borsus est formel : les délais d’instruction des demandes imposés par la législation wallonne sont respectés. En revanche, l’implémentation d’un nouveau logiciel de comptabilité en janvier a affecté l’exécution des paiements, cela se répercute sur l’ensemble des directions du service public de Wallonie. Le ministre assure que tout est mis en œuvre pour résorber au plus vite l’arriéré.