Le chèque sport, voilà bien une initiative qui devrait réjouir tout le monde. Et bien non. A Charleroi, le conseiller communal MR Jean-Louis Tuttolomondo estime que cette politique ne reflète pas le sport pour tous. Il y voit même un… échec.

Dans le dernier bulletin des questions écrites, l’échevin de tutelle Karim Chaïbaï (PS) lui apporte toute la preuve du contraire, en chiffres. Ce chèque offert aux jeunes de 4 à 18 ans qui pratiquent une activité en club vise à réduire leurs dépenses de cotisation et d’équipement. Il rappelle que Charleroi est la seule ville à avoir mis en place cette mesure.

Cette année, le budget dévolu à l’opération a été quadruplé. Comme le nombre de bénéficiaires, qui a été porté à 1.189 contre 300 à 350 l’année précédente. " Nous sommes allés bien au-delà de l’enveloppe budgétaire que nous avions fixée" , poursuit l’échevin. Il était prévu de la porter de 30 à 60.000 euros. On sera finalement à près de 120.000. Cette aide peut profiter à tous. Du moins ceux qui en font la demande. Elle a été portée de 50 à 100 euros par personne.

Maintenant, il est vrai que si l’on regarde le nombre de jeunes de 4 à 18 ans vivant à Charleroi (près de 24.000) le chiffre de 1.189 chèques ne constitue qu’un pourcentage de 5%. Mais c’est aussi 100% des dossiers rentrés dans les délais. En politique, on fait selon ses moyens. Par exemple, seules trois écoles offrent des repas chauds gratuits à leurs élèves grâce à un financement. Faut-il le déplorer en dénonçant un couac ou bien s’en réjouir en y voyant une avancée. Chacun jugera.