Début juin, le service Circulation Routière de la police locale de Charleroi est intervenu sur le parking de l'hypermarché Carrefour, sur la N5 à Gosselies, dans le zoning.

Des dizaines de voitures tunées s'étaient rassemblées sur place après la fermeture du magasin. La direction des opérations, au niveau de la police, était informée de cette organisation et était prête à frapper. 

"Ils avaient prévu de se rassembler sur le parking pour faire diverses "démonstrations" et lancer des courses sur la nationale", indique le premier inspecteur David Quinaux, le porte-parole de la police de Charleroi. "Ce soir-là, 40 véhicules ont été contrôlés, ainsi que 26 personnes. Huit perceptions immédiates pour diverses infractions ont été réclamées, un PV a été dressé pour défaut d'immatriculation, un autre PV pour alcool au volant avec 15 jours de retrait de permis, et un dernier pour défaut de permis de conduire, ce dernier a vu son véhicule immobilisé sur place."

Pendant que la police procédait au contrôle, plusieurs véhicules se sont dispersés. Ils se sont rendus au Décathlon de Dampremy avant d'aller au centre commercial Bellefleur de Couillet pour revenir sur la N5 vers Charleroi. "C'est le PSO (peloton sécurisation et ordre public) qui a pris le relai pour les bloquer et éviter qu'ils n'envahissent les quartiers de Charleroi", ajoute David Quinaux. 

Pour la police, les rodéos urbains ne sont pas développés à Charleroi. "On essaie d'étouffer dans l'oeuf ce genre d'organisation, on verbalise par exemple de temps en temps des conducteurs de véhicules tunés qui font les malins sur des parkings. En verbalisant systématiquement, on espère éviter la naissance d'une organisation sérieuse, et on va bien entendu continuer pour éviter que ce phénomène ne s'installe chez nous."