Romain était le deuxième de la fratrie, "un gamin très attentif avec son petit frère, un amoureux de la nature et des animaux", raconte sa maman. C'était un bon élève, un scout qui a appris les vraies valeurs "qu'il a mises en application tout le temps".

Le jeune homme avait une relation fusionnelle avec sa maman. "J'avais l'impression qu'il m'étouffait avec son amour, qu'il a donné ensuite à sa petite fille qui a voulu le suivre au ciel quand elle a appris sa mort".

Cet enfant était le rayon de soleil de Romain, qui allait fêter ses trente ans jeudi. "C'est la troisième année de suite que je fête l'anniversaire de mon fils sur sa tombe au cimetière. Il a laissé un vide énorme", a crié sa maman devant la cour, avant de s'écrouler.

Le frère aîné de Romain n'a pas pu retenir ses larmes. "C'était le bonheur, l'homme courageux. C'était le trait d'union de la famille. Il savait nous faire rire".

Le père craque à son tour. Le couple s'était séparé, lui était parti travailler à Paris. "Mon fils m'a fait pleurer de joie. Il venait faire les marchés avec moi. Il est reparti en Belgique. Il avait un cœur immense. Il respectait tout le monde. Romain n'était pas violent. J'espère que cette violence-là s'arrêtera un jour. Cela peut nous arriver à tous. Ma vie est bouleversée", a déclaré le papa de Romain, qualifiant l'accusé de "pourriture".

Le petit frère de Romain raconte qu'il a eu un parcours difficile, mais qu'il a pu toujours compter sur Romain. "C'était pas seulement mon frère mais aussi mon meilleur ami", dit-il avant de manifester sa colère envers l'accusé qui lui a retiré Romain, lâchement. "Être un homme, c'est se lever pour aller travailler, c'est assumer!"

La maman de Romain souhaite comprendre pourquoi son fils a été roué de coups, le 8 juillet 2018 au soir, pour qu'elle puisse donner une raison à une petite orpheline qui attend son papa tous les jours, depuis le 9 juillet 2018.