Face au tribunal correctionnel, c’est bel et bien Claudine qui est assise sur le banc réservé aux victimes et aux parties civiles. Du côté des prévenus, on retrouve Gaspare. Mais à entendre ce dernier, les rôles ont été inversés… Gaspare a vécu une relation tumultueuse avec Claudine. Il y a eu des hauts, des bas, de nombreuses séparations, mais aussi des réconciliations. Ce jeudi, Gaspare prétend avoir subi, tout au long de la relation, le comportement infernal de Claudine. « Il y a eu des insultes, des menaces et des promesses. Elle a voulu reprendre la relation », affirme Gaspare, provoquant un rire nerveux à Claudine.

Le 8 septembre 2019, au 11e étage d’un immeuble à appartements à Charleroi, Gaspare confirme avoir eu une dispute avec Claudine. « Je lui ai dit de quitter les lieux. Elle a pris les clés et j’ai tenté de les reprendre sur le palier », confirme Gaspare, expliquant que Claudine a malencontreusement chuté dans les escaliers, se retrouvant un étage plus bas, lorsqu’il a récupéré les clés. « On tirait le trousseau de clés chacun de notre côté. »

Pour la partie civile et pour le parquet, il y a eu, en réalité, deux scènes distinctes. L’une à 21h et la seconde quarante minutes plus tard. Les secours sont intervenus sur les lieux lors de la seconde scène à la suite d’un appel provenant d’un témoin. « Il y a eu un constat de lésion reprenant des hématomes, des ecchymoses multiples au visage, une perte de cheveux et un choc émotionnel sur la victime », confirme la partie civile. Le témoin a découvert Claudine dans les escaliers. Gaspare, lui, était tranquillement rentré dans son appartement comme si de rien n’était. « Il n’a pas vu le prévenu pousser la victime dans les escaliers, mais vu la chute violente, il est quasiment certain qu’elle a été poussée », précise la substitute Marr.

Le même témoin indique également avoir entendu Claudine dire à Gaspare « de lui lâcher les cheveux » et des cris. « Il m’a arraché 25 % de ma chevelure. Il était comme fou parce qu’il avait perdu ses lunettes dans un café à Dampremy », confie Claudine, qui est passée à deux doigts de la chaise roulante à cause de sa chute dans les escaliers.

Déjà connu pour des faits spécifiques, Gaspare se trouve même en état de récidive avec un arrêt de la Cour d’appel de Liège de janvier 2017 et qui l’a condamné à 3 ans de prison avec un sursis probatoire de 5 ans. Une peine de 10 mois de prison ferme a été requise. Jugement le 25 mars prochain.