Marin et Nicoleta sont poursuivis devant le tribunal correctionnel de Charleroi.

En couple depuis 5 ans, Marin et Nicoleta vivent séparément depuis quelques mois. Marin est détenu à Jamioulx pour un dossier d’agression sur des personnes âgées.

Consommateur avéré d’héroïne depuis qu’il a 20 ans, le quadragénaire demande un service à sa compagne. Cette dernière doit lui fournir de la drogue lorsqu’elle lui rendra visite. Après être allée se fournir, le 16 septembre 2018, Nicoleta se rend à la prison. Mais la police fournit des informations sur un éventuel risque de transaction de drogues.

La prévenue est surveillée et fouillée dans la salle d’attente : 6 g d’héroïne sont découverts sur elle. Elle planque les 94 g restants dans un préservatif enfoncé dans son corps.

Le ministère public a requis une peine d’un minimum de 15 mois d’emprisonnement. Selon la substitute Coduys, la drogue était destinée à la vente au sein de l’établissement pénitentiaire.

Marin jure que c’était pour sa propre consommation. Son avocate explique que les prix affichés au sein de la prison sont excessivement plus chers que ceux du commerce extérieur.

Elle plaide le sursis le plus large possible pour son client. Le conseil de Nicoleta plaide la plus grande clémence du tribunal, soulignant l’influence de Marin sur sa compagne qui refusait jusque-là d’exécuter la demande de son compagnon.

Jugement le 26 septembre.