C’est peu de dire que la culture ne va pas bien. Elle a besoin de tous les soutiens possibles dans la traversée de cette crise sans précédent. A Charleroi, le collectif Sambria de Promethea qui regroupe dix entreprises mécènes sous la présidence de Jean-Sébastien Pirnay a décidé de lui octroyer une nouvelle enveloppe de 11.000 euros en 2021. 

Cette bourse va servir à récompenser des projets alliant culture et patrimoine et qui renforcent l’accessibilité de la culture au plus grand nombre. Depuis la création du collectif en 2017, c’est le quatrième appel à candidatures. 

Les projets doivent se situer dans le grand Charleroi, se concrétiser endéans les deux ans. Ils doivent porter sur l’aménagement d’un espace à valeur patrimoniale ou la valorisation du bâti. Les dossiers sont à rentrer avant le 4 avril. 

Le mécénat d’entreprises est l’indispensable complément au financement public. Il peut représenter un prix en argent, se traduire en apport de compétences ou en don en nature ; il doit dans tous les cas générer une plus-value sociétale ou culturelle. On ne devient pas mécène pour en retirer de la visibilité comme dans le sponsoring sportif. Les entreprises n’en attendent pas non plus un avantage fiscal, même s’il existe des mécanismes de déduction. Chaque partie a des responsabilités vis-à-vis de l’autre, il doit exister une correspondance entre leurs valeurs mutuelles. 

En l’espace de trois ans, Sambria a octroyé prix aux lauréats à hauteur de 57.600 euros. L’an dernier, le collectif avait primé deux opérateurs : le théâtre royal de la Ruche portait un projet de création de scène outdoor pour l’accueil de spectacles en extérieur. Portail réalisé par trois étudiants en ingénierie de la région, Carolographie avait aussi été retenu pour son action de mise en valeur du patrimoine architectural de Charleroi. Dans ce cadre, un projet d’expo en présentiel est prévu cet été sur le site de l’abbaye de Soleilmont.