Le prévenu n'a pas daigné se déplacer au palais de justice de Charleroi, ce mercredi matin, pour s'expliquer sur les deux préventions que le parquet lui reproche : une rébellion et un vol dans un véhicule.

Quand des policiers sont intervenus au domicile de Sandro pour exécuter une ordonnance de capture, ces derniers n'ont pas reçu un accueil des plus chaleureux. Pour empêcher d'être menotté, le prévenu a notamment porté des coups aux agents, qui ont été contraints de le mettre au sol pour pouvoir enfin le maîtriser.

Le 23 novembre 2019, c'est dans une cité carolo que Sandro a commis un vol dans un véhicule. En brisant l'une des vitres, le voleur est parvenu à dérober trois clés USB se trouvant dans l'habitacle. Manque de bol pour Sandro, une trace de sang séchée a permis de remonter jusqu'à lui, via son ADN.

Déjà condamné à deux ans de prison en 2016, Sandro n'a plus droit à une mesure de sursis. Le parquet requiert, par défaut, une peine totale de 17 mois de prison : 5 mois pour la rébellion et 12 mois pour le vol. Jugement le 9 février.