Dès novembre, dans l'ensemble des cimetières carolos, des opérations d'exhumation seront lancées. Il s'agit de libérer des espaces pour les nouveaux défunts, en mettant les restes des locataires précédents dans des ossuaires communs. "Nous agissons contre le phénomène de saturation. Charleroi, à l’instar d’autres grandes villes, est confrontée à une situation historiquement compliquée quand, par le passé, les choix ont davantage porté sur les extensions de parcelles que sur l’enlèvement et la ré-inhumation de défunts, ce qui a conduit les services de la Ville à devoir gérer de grands espaces et un nombre croissant de sépultures", note Charleroi dans un communiqué. 

Depuis 2017, Charleroi a commencé à procéder aux affichages d'une notice, sur des tombes identifiées comme "récupérables". Cette notice reste durant deux Toussaints consécutives, et sans réaction de la famille, donne lieu à une exhumation. Les parcelles les plus anciennes, dont 1.800 ont été récupérées à ce jour, ont été les premières à recevoir des notices. Maintenant, il y a plus de 7.000 tombes identifiées, et les notices ont été placées. "Dans le respect du récent décret wallon relatif aux cimetières, nous ne pourrons lancer les opérations d’exhumation qu’à partir de la mi-novembre, celles-ci n’étant plus autorisées que de la mi-novembre à la mi-avril, c’est-à-dire pendant la partie la plus froide de l’année."

En attendant, la Ville a pris des dispositions transitoires pour les inhumations. Ainsi, Charleroi précise :

  • Nous continuerons d’inhumer normalement dans tous les cimetières de l’entité, les défunts pour lesquels la famille dispose déjà d’un caveau ou d’une concession, voire opte pour un caveau préexistant, et pratiquerons tous les modes d’inhumation résultant d’une crémation ;
  • Les inhumations en terrain non concédé seront redirigées vers cinq cimetières disposant de capacités suffisantes : Charleroi Soleilmont, Couillet Fiestaux, Charleroi Nord, Marchienne-au-Pont centre et Marchienne Docherie ;
  • Les inhumations nécessitant une concession en pleine terre seront organisées dans les cimetières de Couillet Fiestaux et de Mont-sur-Marchienne ;
  • Les familles souhaitant néanmoins inhumer leur défunt dans un autre cimetière pourront opter pour un caveau d’attente, l’inhumation étant reportée après le 15 novembre.

"La Ville met tout en œuvre pour rétablir situation au plus tôt. En entamant les manœuvres nécessaires à partir de la mi-novembre, le retour progressif à la normale est envisagé pour la fin de l’année", conclut-on.