Selon plusieurs témoins, des clients arrivent tôt le matin au Primark de Charleroi pour acheter des produits avant de les revendre à un prix bien plus élevé sur internet. Le nom de cette arnaque ? Le scalping.

D'après Sema, fondatrice du groupe Facebook Primark Charleroi, les produits ciblés sont ceux de la marque Disney. "Ils se présentent avant l’ouverture du magasin et courent à l’étage où se trouvent ces articles. Ils prennent tout ce qu’ils peuvent. Les gens qui arrivent après ne les trouvent pas et sont surpris de les voir plus chers sur Vinted ou d’autres sites.”

Après les Playstations l'hiver dernier, les cartes graphiques pour ordinateur depuis près de deux ans et - historiquement - les billets de concerts, ce sont désormais certains produits de "merchandising" qui sont ciblés par ceux qu'on appelle des "scalpers". Ce type de pratique se base sur le principe que la demande (pour un produit) est si forte et les stocks peu nombreux, que les gens sont prêts à payer plus cher pour les obtenir, coûte que coûte. Depuis toujours, les recommandations sont les mêmes: n'achetez pas ces produits en payant une "taxe scalper", parce qu'elle encourage ce type de pratique alors qu'aucun bénéfice ne va ni aux concepteurs ou artistes, ni aux ouvriers, ni aux magasiniers, ni même aux investisseurs. Il s'agit d'un marché noir, qui comme beaucoup de marchés noirs, doit être évité.