La crise de la covid a été révélatrice de bien des maux et de manquements à divers niveaux. La situation professionnelle de bon nombre d'indépendants a été mise à mal par des procédures administratives parfois compliquées mais nécessaires notamment en termes d'octrois de droits passerelle.
Certains en ont compris toute la difficulté et se sont spécialisés dans l'accompagnement administratif de courte ou de plus longue période. C'est le cas de Siassias Dorcas qui a lancé sa propre activité d'abord à titre complémentaire puis très vite à titre principal. "J'ai fait des études de droits et cela me donne une bonne vision des démarches à accomplir pour sortir certains indépendants de l'embarras. Même si je j'ai trouvé un bureau au Coworking de Charleroi-Entreprendre, je me déplace chez mes clients. Je me tiens aux côtés de l'indépendant afin de lui permettre de n'avoir qu'à travailler. Je pense à un client qui exerce dans le domaine de la construction qui était vraiment dans le rouge. Dès qu'il recevait de l'argent, il faisait sa petite vie en délaissant tout le côté de l'administratif. Un retard s'est accumulé mettant en danger son boulot que pourtant il faisait bien. J'ai pu reprendre ses papiers et m'en charger."

L'option de certains de faire appel à une assistante administrative s'est parfois révélée déterminante dans la poursuite de l'activité. Le fait d'être diplômée en droit est également un sérieux atout pour la jeune femme qui ne manque pas d'aplomb quand il faut aller à la recherche d'informations tant juridiques qu'administratives. "Le langage employé n'est pas toujours adapté. Une personne peut être dépassée très vite et se perdre dans les méandres de l'administration pour trouver une information. Une connaissance du système est souvent nécessaires pour remettre sur pieds des situations qu'on aurait pu penser perdues. Une des mauvaises réactions est de ne pas donner suite à des demandes de l'administration. Très vite, les rappels peuvent faire place à des amendes par exemple. C'est là que je dois rassurer mes clients et leur faire comprendre de ne pas avoir peur mais d'intégrer que l'Etat et l'administration n'aime pas le silence. Il faut prendre le temps d'y répondre même si on est en situation difficile. Il est souvent possible de trouver des arrangements."