Charleroi: l'emblématique Robert la Frite, depuis 1952

Qui vient à Charleroi une fois ou l'autre s'est probablement déjà entendu dire : "il faut passer chez Robert". Sous-entendu : Robert La Frite. De bonnes patates belges, épluchées, coupées et trempées sur place, cuites par des gens qui ont ça dans la peau dans du blanc de bœuf tout aussi belge. C'est la recette qui fait le succès de cette baraque, une des dernières encore survivantes dans la région, depuis 1952. Restée un business familial, la friterie "la plus connue de Charleroi" a attiré toutes les stars, d'Omar Sy à Nabila, passant par Poelvoorde ou Pirette, sans oublier Barzotti. Et une frite de chez Robert, ça se mange debout, les doigts plein de sauce, assis sur le petit muret qui jouxte l'ouverture de la baraque d'où s'échappent des effluves délicieusement grasses de "bonnes frites".

Ransart: des frites dorées à souhait avec des patates locales à la Friterie du Tailleny

Même si le commerce n'est pas très grand, on n'hésite pas à se presser pour y assouvir son envie de frites. Le patron, David, nous fait profiter de son savoir-faire en la matière. Issue d'une école d'hôtellerie, il a travaillé dans de prestigieux restaurants avant de se lancer dans le grand bain d'huile - qu'il veut 100% pure bœuf - en reprenant l'affaire familiale. Si on prend plaisir à y tailler le bout de gras avec de parfaits inconnus en attendant la précieuse commande, le chef de cuisine met toute son énergie à servir ses clients. Bien qu'il soit connu pour ses frites croustillantes et dorées à souhait il propose une gamme de burger maison dont le fameux "j'sais pas qu'est ce que j'vais prendre".

© NGOM

Montigny-le-Tilleul: l'M, recommandée par les locaux

La frite de l' M porte bien son nom. "Mmmh" est le son que l'on fait après avoir goûté une première frite trempée dans la sauce tartare maison. D'un calibre plus gros, on ne peut s'empêcher de se brûler les doigts d'impatience. Alain, le patron depuis 5 ans a su porter sur ses épaules avec fierté le lourd héritage de ses prédécesseurs. Si certains sont passionnés par leur métier, lui va encore plus loin en étant capable de tenir une conférence sur "Qu'est ce qu'une bonne frite ?". De la qualité de la pomme de terre à la température de la pré-cuisson, il en connaît un rayon. Celui qui s'est fait tout seul est capable de proposer une variétés de plats n'usurpant en rien la qualification de "fait maison".

© NGOM

Couillet: Le Vespéral et ses frites spéciales

Chez Véro et Bibiche on ne mange pas du fait maison… on mange à la maison ! Quand ils ouvrent leur friterie, ils ouvrent aussi leur cœur. Pas question de servir des clients, on est juste entre amis. Si les frites sont juste dorées comme il faut, c’est grâce à une graisse 100 % pure bœuf changée quotidiennement. Les petits bâtonnets d’or accompagnent à merveille des préparations faites maison et si en plus on y ajoute une des sauces concoctées par Véro on est au paradis! Les portions sont aussi généreuses que les patrons. Carolos jusqu'aux bout des ongles, ils poussent l'amour de leur région à son paroxysme en acceptant bien volontiers les Carol'Or. De vrais ambassadeurs! 

© NGOM

Montignies-sur-Sambre: même en livraison, c'est bon Chez Mike

La livraison, pour les friteries, c'est un peu le cauchemar : des frites qui refroidissent à vitesse grand V, mouillées dans leur emballage par leur propre vapeur... dix minutes, c'est souvent déjà bien trop. Or depuis l'arrivée de la pandémie, la livraison a fait un boom dans l'Horeca. Comment cette petite friterie de quartier, perdue sur une petite place cabossée de nids-de-poule à Montignies-sur-Sambre parvient à réussir ses livraisons, c'est un mystère. Mais c'est suffisamment rare pour être épingle : des bonnes frites croustillantes et bien cuites, le tout livré à domicile, c'est Chez Mike. On vous rassure: c'est aussi très bon hors livraison.