Pour donner un écho retentissant à la journée mondiale de l’habitat, l’ASBL Solidarités Nouvelles a organisé ce lundi une action spectaculaire dans le centre de Charleroi : une cinquantaine de militants pour le droit au logement se sont installés avec des calicots devant des immeubles et magasins de la rue de la Montagne pour dénoncer l’inoccupation de leurs étages.

© Albin

"Nous n’avons pas informé les autorités de cette manifestation pacifique", explique un organisateur, "de manière à pouvoir la mener librement, dans le respect des contraintes sanitaires et de la distanciation." Chaque militant s’est donc assis devant un immeuble vide pour sensibiliser le public. "On compte dans notre agglomération un grand nombre d’habitations libres d’occupation qui se dégradent. Par ailleurs, nous sommes confrontés à une demande pressante de personnes isolées ou familles en recherche de foyers salubres et adaptés. Pour porter le message, nous avons choisi d’investir un lieu symbolique du centre urbain. Et pour cause : l’ancienne artère commerçante a été siphonnée de ses enseignes qui faisaient autrefois sa richesse. On y trouve une cinquantaine de rez vacants et aux étages, des milliers de mètres carrés de logements inoccupés."

Pour l’ASBL Solidarités Nouvelles, cette réalité ne touche pas que les manages précaires, mais tous les citoyens : riverains, SDF, commerçants, restaurateurs, mendiants, étudiants. "Personne n’est insensible à la détérioration de ce quartier devenu presque fantôme."

© Albin

Et ce, alors qu'il existe toute une série de mesures auxquelles la commune ne fait pas spécialement appel, ajoutent les manifestants.