Cinq hommes, dont deux détenus à la prison de Jamioulx, ont comparu ce mercredi matin devant la 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi. À ceux-ci, il faut également ajouter Dorjano, absent et jugé par défaut. Les six prévenus sont suspectés d’avoir eu une implication dans la détention et la vente de cannabis, entre 2017 et 2021. 

Pour faire tourner le business, trois cultures ont été aménagées à Marchienne-au-Pont, Forchies-la-Marche et à La Louvière.

Si la justice a eu la puce à l’oreille de l’existence d’un tel trafic, c’est grâce à une information policière évoquant une possible culture de cannabis à la rue Robert Fesler à Marchienne-au-Pont. Le 23 avril 2020, c’est le jackpot pour les autorités judiciaires. Dorjano, le jardinier chargé de la culture est interpellé sur les lieux. 256 plants de cannabis sont découverts au premier étage, et 336 autres au second étage du logement loué par Perparim.

Rapidement, Dorjano collabore avec la justice et dévoile une seconde planque rue Emile Vandervelde à Forchies-la-Marche. Geron et Eraldo, les deux autres jardiniers débarqués d’Albanie dans l’espoir d’avoir une meilleure vie, sont interpellés dans la troisième culture de cannabis, à La Louvière.

Désigné comme le dirigeant de l’association, Perparim nie les faits. Napolon, son frère, conteste aussi toute implication dans ce business. Une peine de 5 ans de prison est requise contre le dirigeant et trois ans de prison pour les cinq autres prévenus. Jugement dans trois semaines.