Le jeune homme, étudiant en sécurité informatique, avait admis s’être énervé dans un bus TEC à Wanfercée-Baulet, le 20 avril 2018. Ce jour-là, Soufiane avait brisé la vitre de protection de la cabine du chauffeur du bus.

Le passager avait, selon lui, été victime du comportement provocateur du chauffeur. "Il ne s’est pas arrêté alors que j’avais sonné pour demander l’arrêt. J’ai été le voir et il m’a insulté de « sale arabe » et m’a dit d’aller manger du jambon." Mais rien ne prouvait l'existence de tels propos.

Compte tenu du casier judiciaire vierge de Soufiane, une mesure de faveur était requise le 23 octobre dernier.