Une des conséquences de ce mouvement sauvage, qui suit la publication de jeudi des horaires des transports privés qui viennent en renfort des bus "normaux", est plutôt inattendue : ce vendredi matin, de nombreux SDF n'ont pas pu avoir leur sandwiche gratuit, que leur apportent des bénévoles au salon communal de Marchienne. C'est d'autant plus embêtant que le vendredi, c'est double ration puisque des sandwiches leur sont aussi distribués pour le week-end...

Un bénévole sur place nous informe qu'ils n'étaient qu'une dizaine de gens de la rue au salon communal vendredi. Ils sont une quarantaine environ d'habitude. Sans métro ni bus, pour beaucoup de SDF la marche de vingt minutes n'est en effet pas possible : certains ont mal aux pieds, d'autres sont amputés ou se déplacent difficilement pour des raisons médicales.