Dans un communiqué, la police locale de Charleroi a établi le décompte du large testing au sein de son corps. Depuis le 10 août dernier, ce testing est proposé à l'ensemble du personnel par la médecine du travail : pour rappel, ce testing avait été décidé à la suite de 17 cas avérés qui avaient été détectés au sein des 1300 membres du personnel de la police locale, policiers et non-policiers.

A ce jour, 668 tests ont été pratiqués : 47 personnes ont refusé le test - qui se faisait sur base volontaire uniquement, suite au refus de l'imposer par le Comité de Concertation Supérieur, comme le voulait la hiérarchie carolo - et 374 personnes doivent encore le subir. Ces dernières sont en congés, maternité, maladie, interruption de carrière ou NAPAP et pourront le passer dès que possible.

4 résultats positifs (1 personne asymptomatique, 3 personnes qui avaient été testées positives et écartées par leur médecin traitant qui les a ensuite autorisées à reprendre le travail mais sans être à nouveau testées) ont été découverts. 

"Au vu des chiffres disponibles actuellement, le taux de positivité est donc de +- 6 pour 1000" conclut le communiqué.