Charleroi Pour répondre à la pénurie d’ingénieurs spécialisés, l’entreprise crée son propre cursus.

Thales Alenia Space est une entreprise leader en matière de technologie spatiale. Avec trois implantations en Belgique dont une à Charleroi, Thales est dans le top mondial pour ce qui est du conditionnement et de la distribution d’énergie pour satellites.

Avec ses technologies de pointe, l’entreprise est même une référence pour les alimentations électriques des moteurs à propulsion plasmique et des tubes à ondes progressives. Afin de poursuivre les avancées dans la conquête spatiale et la recherche, Thales a sans cesse besoin de trouver "des têtes", des ingénieurs capables d’intervenir assez rapidement sur le terrain dans ce domaine terriblement concurrentiel.

Si au départ, Thales Alenia Space recrutait des ingénieurs au sortir de l’école pour les former en interne, sur le tas, le rythme effréné des avancées impose au développeur de prendre les devants en élargissant les formations à un maximum de monde.

Pour contrer cette pénurie d’ingénieurs en électronique de l’énergie, plusieurs universités belges se sont unies autour de ce projet porté par Thales et Alstom avec la collaboration du plan Catch. Les cours sont dispensés à Charleroi par des académiques provenant d’universités de la Belgique francophone (UMONS, UCL, Uliège et ULB) mais également par des experts issus de l’industrie. Le but est de proposer aux étudiants déjà ingénieurs d’acquérir des connaissances dans plusieurs domaines et applicables immédiatement.

L’objectif de ce certificat est de maîtriser les différents aspects de la transformation électronique de l’énergie électrique. Le certificat est destiné à des ingénieurs civils ou industriels en électricité, électronique, mécanique ou électromécanique, qu’ils soient déjà employés, mais aussi aux jeunes diplômés.

Les cours débutent dès le 25 janvier 2019 pour se terminer en décembre 2020.

Si la ville brillait par le manque de présence universitaire il y a quelques années, la plus grosse ville wallonne peut se réjouir que dans son Université ouverte il soit possible de suivre des cours plaçant les futurs certifiés dans le haut du classement mondial.