Thierry n’est pas connu du parquet de Charleroi pour être quelqu’un de violent. Mais ce lundi, Thierry se présente au tribunal correctionnel de Charleroi pour des faits graves. Le 24 février 2018 et le 28 février 2019, Thierry conteste avoir frappé Valérie à Couillet, lors de disputes. "Je me suis défendu. C’est elle qui s’est jetée sur moi", affirme Thierry.

Selon les éléments présents dans le dossier, Thierry a bien frappé Valérie. Des blessures ont été constatées sur le corps de Valérie et des photos démontrent la violence des coups reçus par la pauvre femme. Cette dernière prétend avoir reçu de nombreux coups au sol. Mais encore une fois, Thierry jure ne pas avoir frappé sa compagne, mais admet avoir porté une claque à la joue gauche de Valérie. "C’est votre manière de dire bonjour ?", s’interroge la juge Jadin. Cette dernière se montre même agacée par l’attitude de Thierry. Ce dernier semble ne pas comprendre la gravité des faits et n’a eu aucune remise en question sur les deux scènes. Durant cette période, Thierry confirme avoir eu un penchant pour l’alcool après avoir perdu sa maman. "S’il n’y avait pas eu la boisson, il n’y aurait jamais eu ce genre de choses."

Une peine d’un an de prison est requise contre Thierry. La situation est jugée inquiétante par le ministère public, compte tenu de l’attitude du prévenu, qui n’a pas estimé utile de suivre une formation en gestion de la violence. "C’était dans le cadre d’une médiation pénale pour échapper à la comparution devant le tribunal correctionnel. Mais il s’est estimé ne pas être violent." Jugement le 21 décembre prochain.