"Que l’État nous permette de faire face à la crise sanitaire !"

Une infirmière indépendante pousse un coup de gueule.

"Que l’État nous permette de faire face à la crise sanitaire !"
C'est une jeune femme épuisée, entre colère et désespoir, qui se présente à nous : infirmière indépendante à Ham-sur-Heure, Gwendoline Cambier (34 ans) vient de se voir refuser le droit d'engager une aide-soignante. Motif ? "La loi nous l'interdit." De fait. Son cabinet de soins n'occupe qu'elle à temps plein. Ses collègues n'exercent l'activité qu'à temps partiel. Or, la réglementation est claire : une embauche n'est possible que dans le cadre...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité