Ham-sur-Heure-Nalinnes: trois coups de couteau, avec l'intention de tuer?

Condamné à 6 ans de prison ferme, l’homme fait appel. Il avait porté des coups de couteau sur un parking de café.

Ham-sur-Heure-Nalinnes: trois coups de couteau, avec l'intention de tuer?
©BELGA

Un habitant de Jumet (Charleroi), condamné en première instance à une peine de six ans de prison ferme pour une tentative de meurtre, a demandé, mardi, devant la cour d’appel du Hainaut, de requalifier les faits en coups et blessures ayant entrainé une incapacité de travail.

Le 19 octobre 2019, le prévenu a porté des coups de couteau à un homme sur le parking d’une taverne à Ham-sur-Heure-Nalinnes, lors d’une querelle. Des clients du bar reprochaient au prévenu ses problèmes de flatulence. Il conteste l’intention de tuer.

Selon l’avocat de la défense, le prévenu avait appris, le matin des faits, qu’il allait être papa. Après avoir fêté cela au restaurant avec sa compagne, le couple s’est rendu dans une taverne où se tenait un anniversaire.

"Les clients de la taverne se moquaient de la tenue de mon client et de sa compagne. Selon la gérante, il n'a pas réagi. Il est sorti de l'établissement pour rentrer chez lui" , a déclaré l'avocat.

Deux hommes les ont suivis sur le parking et une bagarre a éclaté. Le prévenu a déclaré qu’il s’était senti agressé et il a porté des coups en usant d’un couteau qu’il utilise dans le cadre de ses activités professionnelles.

La sixième chambre correctionnelle du tribunal du Hainaut, division de Charleroi, a jugé que l’intention de tuer était établie en raison du rapport du médecin légiste, qui a relevé une plaie sur le bras et une plaie au niveau du thorax. Une entaille a aussi été retrouvée sur le chandail de la victime. Trois coups ont donc été portés par le prévenu.

Le ministère public a demandé à la cour de confirmer le jugement, alors que la défense a répondu que les coups n’ont causé que des blessures superficielles et que, si le prévenu avait été animé de l’intention de tuer, il aurait utilisé le couteau de chasse, plus grand que le couteau à lame jaillissante, qui se trouvait dans sa voiture.

Le prévenu n’avait aucun antécédent judiciaire au moment des faits. Il a été placé cinq mois en détention préventive sous surveillance électronique. Il a ensuite respecté les conditions de sa libération, dont celle de ne plus toucher à l’alcool. Un sursis probatoire a été plaidé par la défense.

L’arrêt sera prononcé le 31 mai.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be