Tentative de meurtre à Nalinnes: la peine de 7 ans confirmée par la cour de Cassation

Il avait commencé à étrangler une dame, mais le chien de celle-ci l’a sauvée.

Jean-Pierre De Staercke
Tentative de meurtre à Nalinnes: la peine de 7 ans confirmée par la cour de Cassation
©BELGA

Le 30 août 2021, à Ham-sur-Heure-Nalinnes, Zelim G., un Belgo-Tchétchène de 33 ans, s’est introduit au domicile d’une quinquagénaire, s’est jeté sur elle et a commencé à l’étrangler avec sa main droite. Tous deux ont roulé au sol brutalement. La victime présentera une plaie ouverte au crâne. Mais l’agresseur a gardé le dessus et a persévéré dans ses manœuvres de strangulation, augmentant l’emprise de sa main droite, en la renforçant avec son avant-bras gauche. C’est l’intervention du chien de la dame qui va la sauver. En effet, celui-ci a sévèrement mordu Zelim G. aux jambes, le forçant à lâcher prise et à essayer de repousser la bête. De la sorte, la Nalinnoise a pu se dégager et s’enfuir en rue. Elle sera prise en charge par un automobiliste. Ne perdant pas une minute, la victime fera appel aux secours.

À ce stade, il est important d'indiquer que le Belgo-Tchétchène était imprégné d'alcool et de stupéfiants au plus haut degré. Sa consommation lourde de différents stupéfiants était connue de longue date. Le trentenaire ne va pas s'arrêter là. En effet, nu comme un ver, il sort aussi en rue et mime l'acte sexuel, à de nombreuses reprises. Puis, voyant une conductrice qui allait monter dans la voiture, il attrape la portière et crie comme un forcené :" Dégage ! ". Car il avait l'intention de prendre le volant ! Heureusement, la dame a pu démarrer et laisser son agresseur sur place. Enfin, toujours en rage, il a démoli deux autres véhicules.

Arrivés sur place, les agents ont menotté l’homme, qui n’avait pas quitté sa tenue d’Adam. L’inculpé s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Charleroi, moins de trois mois plus tard. Ô surprise, malgré ses antécédents judiciaires, il a bénéficié d’une peine clémente le 18 novembre dernier : 5 ans de détention avec un sursis probatoire.

Courroucé par ce jugement, pourtant baigné de mansuétude, le violent trublion a relevé appel. Mal lui en a pris… Le 10 février, les juges montois ont aggravé la peine en la portant à 7 ans d’emprisonnement ferme, sans le moindre sursis simple ou probatoire.

Saisi pour plaider en cassation, Me Ricardo Bruno (barreau de Charleroi) a bataillé hier, soulignant que la cour d’appel de Mons a, dans son arrêt, fait abstraction de l’intervention du chien. Or, il s’agit, aux yeux de l’avocat, de déterminer si les manœuvres de strangulation n’ont pas abouti à faire périr la victime, à cause d’un acte ou d’un geste extérieur et indépendant du prévenu ou s’il a lui-même décidé de renoncer à son projet criminel. Dans ce dernier cas de figure, la tentative de meurtre ne serait pas établie.

Mais la haute Cour n’y a rien entendu et le pourvoi de Me Bruno a été écarté. La peine de 7 ans secs est définitive, depuis hier après-midi.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be