56 paquets contenant de la drogue découverts sur le toit de la prison de Jamioulx après une "tentative d'invasion"

Fin mai, une "tentative d'invasion" de la prison par un individu a été déjouée à Jamioulx: appelée, la police a découvert des paquets de drogue sur une des toitures.

56 paquets contenant de la drogue découverts sur le toit de la prison de Jamioulx après une "tentative d'invasion"
©Bortels

D'habitude, quand on parle de drogue à Jamioulx (Ham-sur-Heure-Nalinnes), c'est soit pour des dealers qui sont envoyés derrière les barreaux, soit pour des visiteurs, soit des détenus qui ont essayé de rentrer d'un congé pénitentiaire en faisant passer une petite quantité de stupéfiants. Mais pas ici: 56 paquets ont été retrouvés sur un toit d'une aile de la prison. Ils ont été visiblement lancés depuis l'extérieur de l'enceinte, pour faire rentrer de la drogue en prison, comme le signale La Nouvelle Gazette dans ses colonnes ce mardi.

On sait, depuis une étude en 2010 sur 32 prisons menée par le SPF Justice et l'Université de Gand, que 33% des détenus consomment de la drogue plusieurs fois par mois durant leur incarcération. C'est une manière de "passer le temps", ou "d'oublier", signale l'étude. Shit, cannabis, kétamine ou autres : de nombreux détenus, parfois accros, en font usage.

Pourtant, passer des colis par-dessus un mur d'enceinte, c'est quelque chose qu'on voit davantage dans les prisons urbaines. À Mons ou Namur, par exemple, le phénomène est combattu par des filets, puisque les prisons sont au milieu d'un quartier habité: "je n'ai jamais vu de paquet passer directement au-dessus de la clôture ou du mur d'enceinte depuis l'extérieur, mais de chez moi je voyais régulièrement les détenus utiliser la technique de la ficelle et du tourbillon, pour se passer des paquets de cellule en cellule par les fenêtres", témoigne une riveraine de Bomel, dont l'appartement donnait sur la prison. Sauf qu'à Jamioulx, la situation est différente: l'établissement pénitentiaire est entouré de bois et d'une route. Il n'y pas de bâtiment attenant. Les paquets ont donc été lancés de loin, pour éviter les caméras de surveillance.

Et c'est lors d'une de ces opérations de "largage" que le pot-aux-roses a été découvert. C'était fin mai: "c'est suite à une tentative d'invasion (NdlR: un individu tentant d'introduire des objets dans la prison) que la police, immédiatement prévenue, a fait la découverte", signale-t-on à l'administration pénitentiaire du SPF Justice. Sur un toit, ils sont tombés sur ces différents "colis". En tous cas ceux qui ont fini hors de portée des détenus, d'autres ont probablement par le passé dû atterrir dans la cour et être discrètement ramassés.

Une enquête est en cours et "une sécurisation du périmètre de la prison a été mise en place", confirme le SPF Justice.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be