Défoncé, Maxime déraille: il frappe sa maman et deux policiers à Ham-sur-Heure-Nalinnes

Sans surprise, l'homme n'a aucun souvenir de son comportement ô combien violent.

L. C.
Défoncé, Maxime déraille: il frappe sa maman et deux policiers à Ham-sur-Heure-Nalinnes
©PEXELS/It's me neosiam

L'automédication n'est jamais conseillée pour se soigner, de même que mélanger des médicaments avec de l'alcool. Le cocktail détonant et explosif a pourtant été ingurgité par Maxime, le 25 juillet 2021, à Ham-sur-Heure/Nalinnes.

Ce dernier a débuté la journée en buvant deux coupes de mousseux chez sa grand-mère, avant de poursuivre avec du vin blanc au Lunch Garden. Pour terminer en beauté, Maxime a terminé sa tournée de boisson avec deux Chimay Bleues dans un café nalinnois. Après une dispute avec sa compagne, l'homme a eu la très mauvaise idée de prendre du Temestat pour calmer ses nerfs. « C'était la première fois qu'il effectuait ce type de mélange. Ça lui a retourné le cerveau », signale Me Napoli, l'avocat du prévenu.

Des coups de poing et des coups de tête

La suite de la journée s'est avérée plus sportive pour les policiers de la zone Germinalt. Ces derniers ont été contraints d'intervenir au domicile de la grand-mère. Dans le café à Nalinnes, Maxime s'était déjà distingué avant d'être emmené par ses proches. De retour au domicile familial, la police a été appelée une seconde fois. « Il a asséné trois coups de poing à la mâchoire de sa maman. Sur place, le prévenu s'est débattu tout au long de la tentative de maîtrise », précise la substitute Pied.

Cette dernière poursuit en confirmant la torsion du poignet d'une policière par Maxime, ainsi qu'un coup de tête asséné à un collègue alors qu'il tentait de placer la ceinture de sécurité à Maxime.

Un policier: "j'habite à côté, j'ai eu peur qu'il vienne brûler ma maison"

Pensez-vous que le manège de Maxime a cessé ? Non, du tout ! Ce dernier est parvenu à défaire la ceinture de sécurité, à se coucher sur la banquette du combi et à briser une vitre à coups de pied. Sans oublier les insultes et menaces tout au long de l'intervention policière. « Ce fut une intervention compliquée, confie le policier victime du coup de tête à l'audience. Il m'a menacé, ainsi que ma famille. Je n'habitais pas loin de là, donc j'ai quand même eu peur qu'il vienne brûler ma maison. »

Pour le parquet, le prévenu doit être condamné à 15 mois de prison. Le tout avec un sursis probatoire. La substitute Pied considère que Maxime a bien un problème avec l'alcool (il a déjà été condamné en tribunal de police pour alcoolémie) et avec la violence (un dossier est à l'instruction pour une scène de coups sur une ex-compagne). Me Napoli plaide, pour sa part, une suspension simple du prononcé pour ne pas entacher le casier judiciaire de son client.

Jugement dans cinq semaines.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be