Le petit village de Fontaine-Valmont, entre Maubeuge et Charleroi dans le Hainaut, est d'habitude tranquille : des fermes, des champs, quelques centaines d'habitants. Mais mercredi matin, la rumeur a commencé à circuler : on aurait retrouvé le docteur Gérard Roger mort dans la rue Hornet.

De fait, comme l'a annoncé La Nouvelle Gazette, la police est descendue sur place pour y découvrir, allongé sur un lit, le cadavre du médecin de 71 ans. Il était bien connu des anciens du coin puisqu'il a exercé de longues années. Mais fait alarmant : le cadavre aurait plusieurs semaines, voire plusieurs mois. "C’est un peu particulier puisque la propriétaire des lieux, une amie de la victime, était au courant de la mort. Elle a vécu avec le corps sans vie chez elle", signale le parquet de Charleroi.

© Della Mora

Dans le quartier, c'est l'émoi : que s'est-il passé ? Les ragots vont bon train: le docteur aurait quitté sa grande bâtisse quelques rues plus loin, il y a un an et demi, pour emménager avec B. et G., toutes deux cinquantenaires, apprend-on sur place. "Apparemment, le docteur s'est mis en couple avec l'une d'entre elles, maintenant que sa femme est à l'hospice", racontent plusieurs voisins. "Mais ils se sont complètement refermés sur eux-mêmes, on ne sait pas trop ce qui se passait dans la maison mais on pourrait croire à une secte: on entendait tout le temps prier, et depuis six ou sept mois ils ne sortaient plus du tout."

C'est un autre voisin qui a donné l'alerte. On a pu le rencontrer: "c'est quand j'ai vu qu'il y avait des grosses mouches à l'intérieur de la maison que j'ai appelé l'agent de quartier. Puis la police est venue avec un mandat. Au début les deux femmes qui habitent là n'ont pas voulu les laisser rentrer, ils ont dû forcer. C'est là qu'ils ont trouvé le cadavre du docteur..."

© Della Mora

Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur ce qu'il s'est passé dans cette maison. Une autopsie est en cours, les résultats sont attendus la semaine prochaine. En attendant, la propriétaire de la maison, elle, a été entendue par la justice mais aucun mandat d'arrêt n'a été délivré : elle est rentrée chez elle, relaxée. Nous avons tenté de la contacter, mais sur place personne n'a accepté de nous ouvrir.