Mariages, communions, soupers sportifs et plusieurs événements ont dû être annulés dans la commune d’Erquelinnes comme dans d’autres d’ailleurs. La crise sanitaire a durement impacté le secteur culturel et associatif. "Nous avons prévu un super programme pour cette fin d’année en matière d’animations, de conférences, d’expositions. Au final, tout est tombé à l’eau", déplore David Lavaux, bourgmestre d’Erquelinnes.

Même si rien n’est perdu. Ce dernier se demande quand les associations pourront reprendre leurs activités normalement. "Nous sommes fortement impactés dans notre commune parce que nous avons une vie associative très riche. Nous avons beaucoup de clubs et plusieurs associations dans notre commune. Toute cette vie-là a disparu", poursuit le bourgmestre.

La question reste à savoir si les personnes ont envie de renouer avec cette vie associative qui a fortement été touchée. "Nous avons cinq associations de pensionnés qui organisent des goûters, des soupers, etc. Nous ne sommes pas sûrs qu’elles recommencent un jour parce que la rupture est bien présente. Le rythme est cassé", rajoute-t-il. Pour les personnes du troisième âge, il était important de se réunir de temps en temps. Elles pouvaient en profiter pour sortir le dimanche, aller chez le coiffeur, s’apprêter. Mais voilà avec le coronavirus, le moral en a pris un coût. Le lien social est brisé.

Erquelinnes est devenue une ville triste. C’est pour redonner du baume au coeur des gens, qu'elle s'engage à garer une proximité avec les citoyens.