Quatorze pages d'antécédents judiciaires et 45 condamnations à son actif. Certes, le passé judiciaire de Francesco n'est pas loin de battre des records et ne plaide pas en sa faveur, mais son attitude lors de deux scènes de violence, le 8 septembre 2021 et la nuit du 4 au 5 octobre dernier, n'aide pas sa cause quasiment désespérée face au tribunal correctionnel. Le dénominateur commun entre ces scènes : une relation toxique sur fond d'alcool des deux côtés, agrémentée de sexe et de drogues. Mélangez le tout et vous obtenez un cocktail explosif dans le cadre d'une relation sentimentale.

Pour le 8 septembre dernier, c'est une entrave méchante à la circulation qui est reprochée au prévenu. À Joncret, ce dernier aurait volontairement percuté l'arrière de la voiture de sa compagne, l'éjectant hors de la route. Selon Francesco, il s'agit là d'un premier accident. « Je la suivais, car je voulais parler avec elle, car elle était partie de la maison trois jours plus tôt. Je l'ai suivie, peut-être un peu trop près sans respecter les distances de sécurisation, mais elle a freiné brusquement dans un virage. Je n'ai pas su freiner et je l'ai à peine touchée, ce n'était pas un grave choc. »

Un mois plus tard, la barre a été placée encore plus haut lorsque Francesco a roulé sur la main de la victime, avec sa Jeep. « Elle est descendue de la voiture et j'ai redémarré. Elle a trébuché, je l'ai secourue immédiatement avant de la déposer à l'hôpital », prétend le prévenu. Pour le parquet, Francesco a démarré en trombe lorsque sa compagne avait un pied sur le marchepied de sa grosse voiture pour tenter de récupérer son GSM sur le siège. « Il l'a projeté hors de son véhicule. La jambe de la victime a été heurtée par le marchepied et les doigts de sa main ont été écrasés par le véhicule. Certains os étaient brisés en plusieurs morceaux et il y avait une fracture. » Le substitut Vervaeren confirme également le caractère volontaire de la manœuvre dans le virage à Joncret.

Comme mentionné plus haut, ce n'est pas la première fois que Francesco comparaît devant la justice. De même que ce n'est pas la première fois que Francesco est condamné pour des coups et blessures sur la même victime. Vu les antécédents judiciaires et l'absence de remise en question affichée ce jeudi après-midi, une peine de 6 ans de prison est requise.

Me Donatangelo, à la défense, plaide lui un acquittement pour l'entrave méchante à la circulation et une disqualification des faits de la seconde scène en coups et blessures involontaires. Pour encadrer au mieux son client, une peine de probation autonome est proposée. Jugement fin mars.