En famille ou entre amis le Tour aura été beaucoup plus sobre.

Cette année, pas de fête foraine, pas de grande messe et surtout pas de rassemblements de milliers personnes au départ du tour de la Sainte-Rolende à Gerpinnes. Les fidèles et les pèlerins n’ont pas fait la queue pour frotter un mouchoir sur la chasse de Sainte-Rolende dont ce long week-end de Pentecôte devait entièrement lui être consacré.

Alors que depuis des années Aimée Philippe, la Mambour, prenait un soin particulier à tout orchestrer pour satisfaire tout le monde, cette année à cause du covid-19 elle aura eu moins de travail. C’est aussi dans une ambiance spéciale que le prêtre Philippe Pardonce a pris ses fonctions succédant à l’emblématique Claude Lallemand.

Comme l’organisation connue depuis des années n’a pu être mise en place, il est hors de question de dire que le Tour de la Sainte-Rolende est annulé. “La Sainte-Rolende n’est pas annulée… elle se fait autrement !” Reprennent ensemble Eric Ghislain et Martial Dumont, journalistes à Télésambre. Tout comme des centaines d’autres personnes réparties en petits groupes, ils sont venus parcourir les 35 km du pèlerinage. Même si on ne peut pas encore parler de tradition pour eux, car c’est une première de marcher le tour complet, il n’aura pas fallu longtemps avant qu’ils ne s’imprègnent totalement de l’atmosphère unique de la marche. Ils ont l’occasion de découvrir différemment, plus posément. “Cette année est complètement différente de ce que nous avons pu voir les années passées. Je découvre des endroits par lesquels je ne suis jamais passé. En dehors de ces découvertes et du recueillement, il y a quand même un grand sentiment de frustration et de tristesse. Dans les villages, on est pris aux tripes par les quelques tamboureurs sur les bords de route. Et puis ici, il y a toujours quelqu’un qu’on connaît.”

Pour certains, cette année est une sorte d’épreuve. “Nous faisons la marche en famille. Le pèlerinage ne dépend pas seulement de la fête qu’il y a autour. C’est beaucoup plus sobre dans tous les sens du terme.”

Les passionnés de cette marche de l’entre Sambre et Meuse reconnue comme patrimoine immatériel par l’Unesco ont déjà prévu de venir l’année prochaine… pour faire deux fois plus la fête.​