Une borne de 1819 entre la Belgique et la France a été déplacée de 2,29 mètres. La Belgique avait donc grapillé près de 10 ares (1000 m²) à la France, au niveau d'Erquelinnes et de Bousignies-sur-Roc.

Qui a déplacé la borne, quand cela a-t-il été fait? Il n'y aura probablement jamais de réponse à cette question, il ne s'agit pas - cependant - d'un agriculteur qui n'aurait "pas eu la place de passer avec son tracteur". La borne a sûrement, en fait, été déplacée il y a longtemps. Mais on ne s'en rend compte qu'aujourd'hui. "Quoi qu'il en soit, il s’agit d’une violation du Traité de Courtrai. Signé par la France et les Pays-Bas le 28 mars 1820, le Traité de Courtrai (ou Traité des Limites) livre une description précise de la frontière entre la France et le Royaume des Pays-Bas", expliquaient les archives de l'Etat en Belgique.

L'affaire a fait le tour des médias mondiaux, dans toutes les langues, jusqu'au Japon.

Et ce n'était que le début. David Lavaux, bourgmestre d'Erquelinnes, espérait confier à des ouvriers communaux le replacement de la borne. Que nenni! Déplacer une frontière ne se fait pas sans lourds moyens. "L'affaire a pris tellement d'ampleur qu'on a été contacté par le Ministère des Affaires Étrangères côté belge, le Quai d'Orsay (Affaires Étrangères à Paris, NdlR) s'est manifesté aussi", signale le bourgmestre à nos confrères de RTBF Info. 

Bref, une Commission des Frontières va devoir se réunir et étudier la question avec les anciens plans du cadastre, qui seront envoyés par le Ministère des Finances. Parce que c'est une question de centimètre près, "la borne sera précisément géolocalisée", confirme encore David Lavaux à la RTBF. "Tout ça va se faire très officiellement, avec un procès-verbal, pour être bien sûr que la borne est au bon endroit et que tout sera fixé pour les 200 prochaines années encore."