Thudinie – Gerpinnes

Une menace de suppression de la ligne Charleroi-Maubeuge fait réagir Ecolo.


En décembre 2018, la SNCB créait une nouvelle liaison qui permettait de relier Charleroi à Paris grâce à un nouveau train Namur-Charleroi-Maubeuge. De Maubeuge, un train rejoint ensuite Paris. Cette offre est plus attractif que le Thalys et ne demande aucune réservation.

Un an après la mise en circulation de ce train, on constate une fréquentation un peu basse. "La fréquentation n'est pas à la hauteur des espérances", explique Gianni Tabbone de navetteurs.be. On n'a malheureusement pas pu avoir des statistiques de la part de la SNCB.

Des rumeurs disaient qu'à cause de cette fréquentation trop basse, une menace existait pour une possible suppression du train. Rumeurs confirmées par un document interne sur lequel on a pu mettre la main, qui note noir sur blanc la suppression de l'IC Namur-Maubeuge dans les "projets d'économies" du plan de transport 2020-2023.

Pour la SNCB, cependant, rien n'a été décidé et la suppression n'est pas à l'ordre du jour. "Des documents de travail, il y en a sur de nombeux sujets. Quand le Conseil d'Administration a décidé de lancer le train Namur-Maubeuge, il avait dit que cette relation serait évaluée après deux ans. Ces deux ans n'ont pas encore été atteints, donc une suppression n'est pas à l'ordre du jour", précise-t-on par voie officielle.

Pour les écologistes Laurence Hennuy et Christophe Clersy, il y a une "volonté quasi permanente de la SNCB et du gouvernement fédéral de sortir Charleroi de la carte européenne du rail". Ils pointent aussi le manque de pub qu'a fait la SNCB sur cette ligne Namur-Maubeuge: "quand on va sur le site de la SNCB, on propose d'abord de prendre le Thalys à Bruxelles au départ de Charleroi...".

Pour l'association navetteurs.be, le train pourrait avoir plus de succès si notamment un arrêt supplémentaire était proposé à Erquelinnes ou Lobbes. Cette demande fait partie des revendications faites à la SNCB pour améliorer l'offre sur la ligne 130a Charleroi-Erquelinnes, et est appuyée par le groupe Ecolo.

Si la fréquentation n'est pas très haute, ce train facilite tout de même la vie des Carolos qui veulent se rendre à Paris. "Si les menaces qui pèsent sur cette ligne sont mises à exécution, il faudra que les Carolos passent par Bruxelles ou par la Flandre pour rejoindre la France. Il s’agit là d’une situation inédite depuis la création des chemins de fer dans notre région!" déplore Christophe Clersy, député régional Ecolo. "A l’heure où la métropole Sambrienne repense son aménagement du territoire avec des projets immobiliers ambitieux tel que le Left Side Business Park à proximité de la gare de Charleroi, le développement de l’offre de la gare de la ville ne peut aller dans un sens contraire à ce futur attrait pour de nouveaux habitants."