Mardi soir, les comités des marches d'Ham-sur-Heures-Nalinnes étaient réunies avec les autorités communales. "On voulait leur expliquer les conditions dans lesquelles on pourrait accepter les marcheurs", explique Adrien Dolimont (MR), échevin du Folklore. "En bref, on s'est appuyé sur le protocole des marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse, donc tant que les mesures sanitaires de l'arrêté ministériel sont autorisées, on n'imposera pas de contraintes supplémentaires."

Et c'est tant mieux, parce que des contraintes, il y en a : déjà, les marcheurs seront limités à 200 par groupe. Ils ne pourront pas vendre d'alcool, de boissons ou de produits de bouche puisque c'est un privilège réservé à l'Horeca. Exit les revenus de la buvette, leurs seuls revenus donc : dans ces conditions, marcher signifiera perdre de l'argent.

"Nous sommes bien conscients que la plupart des marcheurs ont envie d'honorer leur sortie, on leur demande donc de nous proposer un protocole pour s'assurer que les mesures sanitaires seront respectées, et ce sera examiné par le collège. Il s'agit de respecter l'arrêté ministériel."

L'année passée, la Saint Roch avait été officiellement annulée à cause de la pandémie. Cette fois, elle devrait bien se faire : ce ne serait probablement pas l'équivalent de 2019, normes sanitaires obligent, mais début juillet un plan devrait être proposé par le comité. La Saint Jean-Baptiste de Cour-sur-Heure, elle, se réunit mercredi soir pour voir ce qu'il sera possible d'organiser. Pour la marche de Nalinnes, un protocole a déjà été remis aux autorités communales, ce serait a priori une sortie du Corps d'Office uniquement. Enfin, Jamioulx semble avoir indiqué qu'il n'y aurait pas de sortie cette année.