Mardi soir, le groupe Lob 2.0 a annoncé au CDH qu'il refusait de continuer en majorité avec le parti. Le pacte de majorité explose donc, et toutes les cartes sont sur la table, prêtes à être rebattues.

Lors des dernières élections communales, les sièges ont été redistribués : le PS a fait 5 sièges, le CDH 5 sièges et Lob2.0 5 sièges. Ecolo, de son côté, en a remporté deux. Une majorité à 10 (CDH et Lob2.0) contre 7 (PS et Ecolo) a été formée, et c'est Steven Royez, protégé de l'ancien bourgmestre Marcel Basile, qui a pris le poste de bourgmestre.

Dans un communiqué publié hier soir, Lob2.0 explique sa décision de rompre la majorité comme suit :"nous avions proposé la liste Lob2.0 pour briser l'immobilisme tant décrié dans notre commune. Le changement, nous l'avons cru possible avec une équipe CDH expérimentée et partiellement renouvelée. Aujourd'hui, après deux ans de mandature, nous estimons notre bilan global trop maigre. Les grands projets sont toujours bloqués pour raisons diverses, et nous sommes réduits à un rôle d'observateur au travers des compétences scabinales concédées par le CDH." Pourtant, Lob2.0 a trois sièges de poids (sur six), à savoir les finances, l'environnement et le CPAS.

Du côté du CDH, on regrette la rupture de majorité : "on a proposé de se réunir pour trouver des solutions, Lob2.0 a refusé tout échange constructif. C'est irresponsable et indécent alors que la stabilité politique est indispensable en temps de crise sanitaire. Cette rupture aura pour conséquence de bloquer le fonctionnement de la vie communale. Le bourgmestre Steven Royez prend contact avec les autres groupes représentés au sein du conseil communal pour trouver la meilleure majorité possible."

Mais aujourd'hui, avec une majorité explosée, rien ne dit que le CDH gardera le pouvoir sur la commune. En effet, d'autres majorités sont possibles, comme Lob2.0 et PS, par exemple. Ce serait alors Lucien Bauduin (484 voix, deuxième score après Steven Royez le bourgmestre actuel) qui pourrait monter et prendre l'écharpe maïorale. Mais une coalition PS-CDH mettrait aussi Lucien Bauduin dans le rôle du bourgmestre, puisque les socialistes ont engrangé plus de voix que le CDH lors des communales de 2018. Par contre, avec Ecolo (2 sièges) et au moins deux indépendants, le CDH pourrait rester à la tête de la commune, nul doute que c'est discuté en coulisses.

Du côté de Lob2.0 avec Francis Demanet, comme du côté du CDH avec Steven Royez, on nous confirme que des contacts ont été pris avec les autres groupes politiques du conseil politique. "Mais il est trop tôt pour tirer des conclusions, nous verrons dans les prochaines heures et les prochains jours", confie l'actuel bourgmestre, un peu secoué.

C'est donc le PS qui a - a priori - les cartes en mains. "J'ai pris contact avec tous les groupes présents, et évidemment nous nous entendons bien avec Ecolo, qui était dans la minorité avec nous. Ce qui compte à présent, c'est de consulter tout le monde et trouver le meilleur projet pour les Lobbains", explique Lucien Bauduin. "Les deux scrutins précédents ont montré que les gens voulaient du changement, puisqu'après plusieurs décennies de pouvoir au PCS puis au CDH, c'est la deuxième fois que le PS gagne les élections en terme de voix." Il assure n'avoir aucun grief contre l'un ou l'autre groupe politique, toutes les cartes sont sur la table pour les prochains jours : "ce qu'il faut maintenant, c'est agir pour Lobbes."