Marco, 24 ans, tout jeune papa, précise d’emblée ne pas être quelqu’un qui use de ses poings pour frapper qui que ce soit. Pourtant, le jeune homme est poursuivi pour deux scènes de coups sur Marie-Ange, sa compagne. Pas mal pour quelqu’un qui n’est pas violent !

Pire, Marie-Ange était enceinte de 8 mois et demi lorsqu’elle a subi la violence de son amoureux, le 1er mai 2018 à Momignies. Entre-temps, Marco et Marie-Ange se sont remis ensemble et ont accueilli leur enfant. Mais le 6 août 2018, Marco s’énerve, une nouvelle fois, sur Marie-Ange pour une histoire de clés de voiture. Marie-Ange est victime de claques au visage et de coups de pied.

Interrogé sur les faits, "l’homme non violent" justifie sa colère par une période difficile. "Financièrement, c’était délicat avec la grossesse et tout." De quoi interpeller la juge Jadin : "Vous savez, tout le monde traverse des moments compliqués dans sa vie. Ce n’est pas pour autant qu’on frappe tout ce qui bouge." Pour le tribunal, Marco minimise les faits. "Vous ne vous rendez pas compte de la gravité des faits."

Le substitut Lafosse requiert une peine de 12 mois de prison, sans s’opposer à un sursis probatoire pour permettre à Marco de suivre une formation pour la gestion de la violence. Ce dernier précise qu’aujourd’hui tout va pour le mieux : "On s’en sort bien. Nous avons effectué une thérapie de couple et on arrive à mieux dialoguer sans violence."

Mais le substitut Lafosse remet les pendules à l'heure en évoquant l’existence d’un nouveau dossier contre Marco pour un mineur en danger et des coups et blessures. "Je suppose que ça concerne ma fille. C’est de la calomnie de la part de la maman", jure Marco. Jugement attendu le 16 novembre prochain.