Certains utilisateurs du réseau social Tik Tok ont pu voir passer dans leur fil le député wallon Maxime Hardy. Sur ce canal, le jeune carolo présente et défend des projets liés à la région du grand Charleroi avec un humour décalé que ne lui connaissent souvent que ces proches.

Déjà présent sur d’autres réseaux sociaux comme Facebook et Instagram, sur Tik Tok il se lâche et n’hésite pas à se mettre véritablement en situation. "J’ai pensé qu’être sur Tik Tok était non seulement un bon moyen de me présenter tel que je suis mais également de parler des grands projets à des jeunes d’une manière qui leur est propre. Quand je parle des sites industriels, je m’y rends pour tourner une vidéo."

Pas de chichis ni de tralalas pour l’homme politique qui se veut proche des gens et des réalités du quotidien. "Quand on fait une vidéo on est tout simplement avec à deux avec un téléphone."

Derrière le ton humoristique de la vidéo, Maxime Hardy parle donc des projets en cours et de l’avenir et de la vie de la région. "Tik Tok me permet de sensibiliser des jeunes aux devenir de notre région en adoptant leurs codes. J’évoque par exemple le futur des sites industriels, l’A6k ou encore la Cité des métiers. Quand je parle de l’importance de la formation dans le digital j’espère que les jeunes peuvent y voir des opportunités comme travailler dans un secteur en pénurie et pourquoi pas intégrer le data center de Google qui verra le jour à Farciennes. J’essaie vraiment d’allier le fond et la forme."

Avec ses vidéos courtes, il n’hésite pas de rire de lui-même lorsque par exemple il parle de l’Eau d’Heure sur un sentier boueux contigu au cours d'eau alors qu’il doit siéger peu de temps après au parlement wallon. D'abord en préambule il balance un "Tiens j'vais aller au parlement tout crappé à c't'heure !" puis il poursuit ses propos.

Même s'il n'a pas encore autant de followers qu'Elio Di Rupo Maxime Hardy s'éclate véritablement sur Tik Tok.

© D.R.