Dans la cour de récré, sur place à Erquelinnes, tous les "grands" connaissent. Ils jurent les uns après les autres que ce n'est pas eux, mais ils voient tous parfaitement bien ce dont il s'agit. "Je les ai vu jouer à 1-2-3 Soleil, et quand une petite fille a perdu, ils l'ont poussé par terre. Ils se frappent aussi dessus avec des fils, pour fouetter les perdants. La petite fille avait un gros bleu sur le bras, et elle pleurait", nous raconte une élève de 6ème à côté de sa maman. "Moi je trouve qu'on devrait pas, parce que ça peut être dangereux", explique consensuellement un garçon à la sortie des classes. "Mais oui je vois que tout le monde le fait". La série, interdite aux moins de 16 ans, il ne l'a pas vue, dit-il du haut de ses onze ans. Mais sur TikTok, Twitch ou Youtube, lui et ses copains ont tous vu des extraits. Et puis tout le monde en parle. 

C'est le cas de cette maman, qui nous a confié qu'elle avait regardé la série, et qu'elle avait même adoré. "Par contre, j'ai interdit à mes enfants de la regarder. Ma fille m'avait promis qu'elle ne l'avait pas vue, d'ailleurs. Mais avec ce que l'école vient de dire, on en a reparlé... et elle a regardé plusieurs épisodes, sur le compte Netflix familial." Et de se demander s'il ne faudrait pas interdire, ou limiter, le temps que ses enfants passent sur Internet.

Nathalie, une autre maman, n'est pas dupe: "A la base, moi je ne suis pas pour que mes enfants soient sur les réseaux...  mais je sais qu'ils y vont en cachette. Quand je vois mon fils de 13 ans, ce qu'il y fait. Il ne se rend pas compte, en fait, de l'impact que ça peut avoir. Mais vous savez, tous les ans, il y a quelque chose de nouveau dans la cour de récréation. Il y a eu l'étranglement, le foulard, maintenant ça. Je crois que la société devient de plus en plus agressive, et les enfants copient et ne se rendent pas compte de ce qu'ils font."

De nombreux autres parents, eux, n'étaient par contre pas au courant avant l'annonce de la direction: "c'est bien que l'école nous ait prévenus, et qu'elle ait réagi tout de suite", explique un père. "Quand j'étais enfant, je jouais à Zorro. Je pense que c'est logique que les enfants copient ce qu'ils voient ou ce qu'ils entendent. Mais ici, visiblement, ça va trop loin." Ils sont d'ailleurs nombreux à nous expliquer que ce mercredi après-midi, il y aura une discussion à la maison autour de ce phénomène.