La conseillère communale Geneviève Michot (MR) a interpellé la bourgmestre Marie-Ève Van Laethem lors du dernier conseil avec une information pour le moins interpellante : une nouvelle aubette a été installée à la gare de Thuin... sur un quai inutilisé! Elle en a profité pour demander les dernières mises à jour sur le rehaussement des quais qui, on le rappelle, sont 26 centimètres trop bas et empêchent un accès facile à l'embarquement.

La bourgmestre, dans sa réponse, semble osciller entre l'incrédulité et le ras-le-bol: "l'accessibilité des quais a déjà fait l'objets de nombreux courriers et motions", indique-t-elle, remontant jusqu'à 2008 dans un bref récapitulatif des différentes promesses, non-promesses, informations et absences d'informations que la Ville de Thuin a reçu, coup par coup, de la SNCB, d'Infrabel et des différents ministres en charge. "Le désinvestissement dont les organes fédéraux font preuve à l'égard de notre gare pose question", note-t-elle, rappelant qu'à la fois Thuin, Charleroi Métropole et le Comité de la ligne 130A né il y a deux ans, réclament aussi des modifications sur cette ligne Charleroi-Erquelinnes.

Quant à l'aubette, eh bien, "l'administrateur-délégué auprès d'Infrabel Benoît Gilson nous a informé le 8 février dernier qu'il partage notre intérêt pour la ligne entre Charleroi et Erquelinnes, et qu'une remise en fonction de la seconde voie est envisageable à l'avenir... mais sans pouvoir nous donner de précisions à l'heure actuelle. Alors quand ils viennent placer un abri sur un quai qui ne sert plus, je n'ai pas envie de rire... c'est désolant. Nous avons fait savoir à la SNCB que cet abri était mal placé."

Pour la porte-parole de la SNCB, Elisa Roux, ce n'est pas un couac ou une erreur: "un nouvel abri a été placé sur chacun des deux quais. L'un des deux n'est pas utilisé actuellement car il y a des travaux d'Infrabel sur la ligne. Il s'agit d'une situation provisoire."