L'approche Snoezelen sera utilisée au Gai Séjour à Thuin.

La Gai Séjour, la maison de repos du CPAS de Thuin, a inauguré ce matin un nouvel espace pour ses résidents: la salle Snoezelen. C'est un outil supplémentaire à l'ensemble des activités proposées par la maison de repos, principalement au travers de la stimulation des sens.

"Le Snoezelen, c'est une approche qui repose sur la stimulation multisensorielle. La pratique vise donc des expériences sensorielles tout en recherchant la détente, le calme et la satisfaction et ce, dans une atmosphère contenante et rassurante."

Une petite salle Snoezelen a donc été installée à la maison de repos. On y retrouve un matelas à eau, une colonne à bulle, un diffuseur d'huiles essentielles, un projecteur d'images, un lecteur cd pour de la musique zen, des fauteuils, etc. Dans la salle, il y a également à disposition un chariot avec du matériel pour les séances comme une poupée empathie, une couverture lestée, des sacs textures, des instruments de musique, un faux chat qui respire, etc. Ces objets sont donc utilisés pour peaufiner l'approche, créer une atmosphère et favoriser les 5 sens. Elles sont utilisées en fonction des résidents et de l'intervenant.

Plusieurs intervenants se partagent ce lieu: une psychologue, une ergothérapeute, un psychomot, un éducateur, etc. Chacun crée sa séance comme il le souhaite en fonction du résident. Ils partent des besoins du patient pour choisir l'approche qu'ils vont utiliser.

Ils vont également à la rencontre des patients qui en savent pas se déplacer grâce au chariot mobile. L'idée est que ce soit dans la salle Snoezelen ou dans la chambre, que le résident se sente ailleurs. "Dans la salle, on n'a plus l'impression d'être à la maison de repos. C'est un environnement sensoriel avec un espace de détente", explique Julie, la psychologue. Dans la chambre, c'est la même chose, l'idée est que ça devienne un autre espace.

"Nous n'avons pas encore assez de recul pour parler, avec exactitude, des bénéfices de l'approche mais les commentaires des résidents concernés sont assez positifs pour le moment et nous pouvons constater une amélioration de la communication."