Obie Koul a été récompensé par les 10-15 ans au Festival international de la BD d'Angoulême.


Obie Koul, c’est un enfant de douze ans qui vit chez sa mère, Mia. Son père, Elzeki, il le voit de temps en temps quand il revient de ses lointaines missions scientifiques, les parents sont séparés. Alors qu’il arrive dans sa nouvelle école et se fait harceler par les autres enfants, il demande conseil à son père : de fil en aiguille, Obie apprend qu’il est en fait le fils d’une union hétéroplanétaire. Son père vient d’Oxythol, une autre planète très avancée technologiquement. Et Obie va désormais y passer un week-end sur deux, et la moitié des vacances scolaires.

Le premier tome de la saga Obie Koul, intitulé Un week-end sur deux chez mon père (11,95 €), a remporté le prix des Collèges 2020 au Festival international de BD d’Angoulême. Ce sont les élèves français, entre 10-15 ans, qui lui ont donné leur préférence.

Éditée chez Kennes, la maison d’édition carolo de Loverval, la BD est scénarisée par Makyo, auteur français, et dessinée par Buffolo, une jeune dessinatrice italienne. Sorti en mai 2019, le premier tome a aussi été primé par le conseil départemental de Loir-et-Cher, au festival Boum 2019. Le second tome, Mon pouvoir caché, est prévu pour le 1er avril 2020.

Et nous, qu’en a-t-on pensé ? Un peu long à démarrer, mais prenant une fois lancé. Entre l’ultra-violence du collège, la technologie oxythole, les premiers amours, la thématique du divorce et la recherche de soi, les péripéties d’Obie Koul commencent sur des chapeaux de roue. Et les guerres interplanétaires qui se profilent pour la suite ne sont pas pour nous déplaire…