Pour comprendre ce dossier, il est indispensable de faire un point sur l’histoire de famille de Dylan. Ce dernier, âgé de 21 ans, est le beau-frère de Hadrien, en couple avec la sœur de Dylan. Tout ce petit monde vit sous le même toit, avec la maman de Dylan et Gregory, le beau-père de Dylan. Gregory est aussi le cousin germain de Dylan. Le jeune homme a plutôt du mal à accepter cette relation entre sa mère et son cousin.

Gaëtan, lui, est un simple ami aux deux autres prévenus. Ce mercredi, les trois copains se retrouvent sur le banc des prévenus, poursuivis pour un ensemble de faits. Gaëtan, né en 1992, a déjà été condamné en 2015 pour vols. Mais aujourd’hui, c’est celui qui est uniquement poursuivi pour un vol de carburant au sein d’un chantier, le 22 avril 2019, à Montigny-le-Tilleul avec son ami Hadrien. « Je n’ai jamais été présent sur place. Hadrien, lui, oui. » Pourtant, Hadrien a reconnu les faits devant les policiers, confirmant également la présence de Gaëtan sur les lieux du vol.

Les deux beaux-frères doivent eux s’expliquer sur plusieurs faits. Il y a des scènes de coups dans le métro en 2015 ou sur Gregory, le cousin devenu beau-père de Dylan, à deux reprises en l’espace de trois jours en décembre 2017. Hadrien, lui, jure être intervenu au départ pour calmer les esprits entre Dylan et Gregory avant d’être victime de coups par le beau-père. « Il n’a fait que se défendre lors des deux scènes après avoir été agressé par le beau-père », signale Me Brocca, conseil de Hadrien.

Il quitte la salle d’audience

Les propos de l’avocat de Hadrien ont outré Gregory, la victime, qui s’est immédiatement levé pour quitter la salle d’audience. « Pour entendre des mensonges, je préfère alors partir. » Hadrien et Dylan contestent également avoir volé une Mazda et tenté d’extorquer Joe. Pour le parquet, les trois prévenus ont commis les faits qu’on leur reproche. Ces derniers risquent également la même peine requise par le parquet : une peine de travail sévère avec une peine de prison subsidiaire, au cas où Hadrien, Dylan et Gaëtan n’exécuteraient pas les heures de travail.

Jugement le 24 février.