Voilà un mois que les missions de Tibi se sont élargies au District Est de la ville de Charleroi.

Pour mener à bien cette mission et couvrir valablement ce nouveau territoire, du personnel a été engagé parmi les nouveaux engagés on compte plus de femmes. Désormais, les équipes opérationnelles de Tibi comptent 10 préposées dans les recyparcs et 5 agents féminins au poste de balayeur-convoyeur au sein de l’Unité de Propreté Publique, ainsi qu’une brigadière, toujours dans cette même Unité. "Il est vrai que les métiers de la salubrité publique sont exigeants physiquement et perçus comme tels, que ce soit à la collecte, à la propreté ou encore au tri, ce qui explique probablement que nous recevons spontanément surtout des candidatures d’hommes, mais les choses évoluent, de plus en plus de candidatures de dames nous parviennent également et nous y sommes attentifs," explique Philippe Teller, Directeur Général.

Afin d'offrir un cadre de travail respectueux, Tibi pense systématiquement aux aménagements nécessaires. "La volonté de Tibi est réellement de développer des conditions de travail qui permettent un accès le plus large possible à nos métiers. Lorsque nous pensons un nouveau bâtiment par exemple, nous prévoyons systématiquement des infrastructures, notamment vestiaires et sanitaires, qui permettent d’accueillir tant du personnel masculin que féminin et ce, dans des conditions vraiment optimales."

Cette démarche volontariste d'engager plus de femmes est pour, les responsables, la volonté d'être le reflet de la société. "Nous souhaitons réellement que nos équipes soient le reflet de la société que nous servons. Nous considérons par ailleurs la diversité qui existe au sein de notre personnel comme un atout. L’important pour Tibi est de pouvoir engager des personnes, hommes et femmes, motivées qui souhaitent s’investir au service de la population et de l’environnement," conclut Philippe Teller.