Ce samedi à 16 h devant les locaux de l’ASBL "La faim du mois" à la rue Ferrer à la Ville-Basse, ils étaient plus de 350 à attendre l’ouverture des portes.

Comme chaque mercredi et samedi, la dizaine de bénévoles prépare des repas et des colis afin que les personnes en situation de précarité puissent avoir trois à quatre jours de nourriture. Ce samedi, en plus des vivres, ce sont des colis d’hygiène qui ont été distribués.

Isabelle est l’une des bénévoles, qui est là depuis mars. Tous les mercredis et les samedis elle assure la distribution des colis alimentaires. À ce titre, elle est aux premières loges pour constater une recrudescence des demandes. "Nous distribuons 600 repas sur les deux jours. Ce samedi, il y a 352 personnes. Je vois que cela augmente. La semaine dernière nous étions à 250 et cette semaine on est à 300. Malheureusement, je pense que cela va encore augmenter."

Si, au départ, le public était essentiellement constitué de sans-abri et de personnes très précarisées, le profil des bénéficiaires semble changer au fil de la crise sanitaire. "Il y a maintenant des personnes qui travaillent mais ne s’en sortent pas. Les personnes seules avec des enfants éprouvent également des difficultés."

Face à cette augmentation de la demande d’aide, l’association fait savoir qu’à partir de mercredi, il sera demandé une composition de famille afin de fournir l’aide la plus juste et équitable à tous. En effet, des abus ont été constatés, privant d’aide des personnes en situation de grande détresse.