L’ASBL Sida-IST Charleroi-Mons proposait des dépistages gratuits vendredi dernier.

"J’ai 35 ans et c’est la première fois que je fais un dépistage du sida. Heureusement, tout va bien." Johan est soulagé. Le résultat de son prélèvement sanguin est négatif. Il a profité des dépistages gratuits proposés par l’ASBL Sida-IST Charleroi-Mons dans le cadre de la Saint-Valentin. Le personnel accueillait toute personne désireuse de faire le point vendredi dernier, veille de la fête des amoureux, dans le centre de prélèvement de la gare de Charleroi-Sud.

Durant toute la journée, jeunes et moins jeunes se sont succédé dans les locaux. Le test est rapide et se pratique sur le bout du doigt, comme pour le diabète. "Nous insistons de plus en plus sur le dépistage. Le sida n’est pas uniquement présent en décembre lors de la journée de lutte contre cette maladie. Il y a des protections à prendre tout le temps", souligne Rudy Gooris, directeur de l’ASBL.

Le secteur associatif et médical tente ainsi de dénicher les personnes séropositives. "Un tiers des séropositifs s’ignorent. On estime qu’ils sont responsables de 61 % des contaminations. Pourtant, dès qu’on le découvre, on entame un suivi médical jusqu’à la guérison."

Le message des organisateurs est clair : tout le monde est susceptible d’attraper le sida. "Il y a encore beaucoup de clichés. On pense que les homosexuels et les Africains sont surtout porteurs de la maladie mais cela peut toucher tout le monde, même les hétéros blancs", réagit Alain, venu se faire dépister.

Des propos confirmés par le directeur de l’ASBL Sida-IST : "Sur le terrain, il est vrai que la majorité des cas se concentre chez les gays et les Africains des régions subsahariennes mais toute personne qui a une vie sexuelle active est concernée."

Vendredi, plus de trente personnes ont participé au dépistage et ont reçu des préservatifs. Si la plupart des cas étaient sains, le personnel médical a pu conseiller certains citoyens qui ont un comportement à risque que ce soit pour le VIH ou l’hépatite B. "Si le résultat du prélèvement est négatif, c’est super. Et la prévention joue alors tout son rôle."

D’autres actions de ce genre seront organisées dans le courant de l’année. "Nous réfléchissons à en programmer une avant les vacances d’été. Nous allons également à la rencontre du public qui fréquente plusieurs associations de la région", poursuite le directeur de l’ASBL. Ce travail d’information est essentiel et doit être répété sans cesse.