Charleroi

Jérôme G. et Angélique B. sont poursuivis pour maltraitance sur Jordan et Melissa (noms d’emprunt).

Jordan, fils d’Angélique, se rend à l’école en présentant plusieurs hématomes sur son corps. Son institutrice remarque les traces sur le corps de Jordan et décide d’avertir le PMS. Le parquet est finalement avisé de la situation en recevant un courrier du pédiatre de l’hôpital Notre-Dame de Grâce de Gosselies. Le professionnel pense que l’enfant est victime de maltraitance.

Après plusieurs examens, l’enfant présente des bosses de 8 cm de diamètre sur le front, des hématomes derrière l’oreille, des rougeurs aux bras et aux genoux et des suspicions de fractures. Lors d’une visite domiciliaire au domicile de la famille recomposée, les policiers remarquent plusieurs détails qui confortent la thèse de la maltraitance. Les prévenus sont également poursuivis pour des faits similaires sur la petite Melissa, 4 ans au moment des faits. Lorsqu’elle est auditionnée, la petite raconte que Daddy et Ma, alias Jérôme, son père, et sa belle-mère, lui font mal en montrant les endroits visés. La jeune mineure explique même avoir eu les mains attachées par une ceinture… Là encore, les prévenus jurent n’avoir rien fait subir à la petite.

Le ministère public a requis une peine de 30 mois de prison avec un sursis probatoire à l’encontre des deux prévenus. L’attitude des parents depuis le début du dossier est également pointée du doigt par la substitute Vanhollebeke. Vu les préventions contestées par les prévenus, leurs avocats plaident l’acquittement. Selon les deux avocats de la défense, il existe un doute qui doit profiter à Jérôme et Angélique. Jugement, le lundi 18 novembre.