Charleroi

Ahmed K. a tiré un coup de feu à la cuisse de Lawari à l'intérieur de son café. La victime est décédée quelques instants après...

Lawari H. se trouve avec des amis dans le café de Ahmed K. à Charleroi. Il est 8h15 du matin et une embrouille se produit entre Lawari et Ahmed. Ce dernier est armé, après que son père Mustafa K. lui a passé l’arme quinze minutes avant. Ahmed fait les cent pas à l’intérieur de son café en planquant son arme derrière son dos. Lors de la rixe, le prévenu dégaine son pistolet et tire à une reprise, touchant la victime à la cuisse. Il tente de tirer une seconde fois, mais le coup ne part pas. Touché, Lawari parvient à sortir du café en boitant, avant de s’effondrer quelques mètres plus loin, sur le trottoir. Malgré l’arrivée des secours, la balle a touché une artère, provoquant une importante hémorragie. Le jeune homme décède, succombant à ses blessures.

Me Nabil Semichi représente la famille du défunt. Alors que le ministère public a décidé de poursuivre le suspect pour coups et blessures volontaire ayant entrainé la mort sans intention de la donner, l’avocat souhaite voir les faits requalifiés en meurtre. Mais après le visionnage, durant l'audience, des images de trois caméras de surveillance présente à l’intérieur du café et qui détaille le déroulement de la scène, le parquet campe sur ses positions et requiert la peine maximale pour les coups et blessures ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Selon le substitut Emmanuel Verbrigghe, il y a des éléments pour retenir le meurtre, mais également pour conforter les coups et blessures. Le prévenu n’a pas poursuivi la victime à l’extérieur et n’a jamais visé le haut du corps lors de ses deux tirs.

Le ministère public a requis la peine maximale dans le cadre de la prévention de coups et blessures. L’auteur de coup et son père, également poursuivi pour le port d’armes, sont absents et jugé par défaut. Jugement, le 18 novembre.