Charleroi Le prévenu en profitait pour lui masser la poitrine et l’entrejambe.

Accusé d’avoir pratiqué des massages inappropriés envers sa fille mineure, Jean-Claude V. était invité à se défendre ce mardi au tribunal correctionnel de Charleroi. Sa fille, Léa, avait 16 ans au moment des attouchements. Le père nie les faits et explique avoir prodigué les mêmes massages qu’il a l’habitude de donner dans le cadre de sa profession de sage-femme.

Jean-Claude, père de 5 enfants, est aujourd’hui divorcé de la mère de Léa. Il mène une vie atypique, isolé, presque en autarcie dans la région de Sivry-Rance. Ses enfants ont été scolarisés à domicile et leurs cours concernaient notamment l’entretien du jardin et la coupe du bois. Via plusieurs formations, Jean-Claude se spécialise dans les massages pour bébés, une technique originaire du Québec selon lui. Des massages qu’il avoue pratiquer sur ses enfants régulièrement.

Il se définit comme un père aimant qui entretient des rapports très charnels avec eux. Il dit n’avoir jamais rien fait de déplacé. Il a pourtant déjà été condamné pour des faits d’attouchements envers sa nièce. Cette dernière, lors d’un précédant procès, avait raconté avoir subi des gestes déplacés de la part de son oncle après un massage justement. Sa fille, aujourd’hui âgée de 19 ans, l’accuse de faits très similaires. Elle a cependant précisé devant le tribunal qu’elle n’avait pas connaissance des antécédents de son père au moment où elle a porté plainte en 2016.

La jeune fille reproche à son père, qu’elle appelle "monsieur" désormais, de l’avoir forcée à se mettre sur le dos lors d’un de ses massages pour pouvoir lui caresser la poitrine et l’entrejambe. La substitute du procureur du Roi, Sandrine Vairon, préconise une peine lourde et dissuasive pour Jean-Claude qui serait en état de récidive. Alors, que l’avocat de la défense, Me Julien Delvallée, plaide pour un acquittement à titre principal. Il insiste sur le fait que le mode de vie marginal et l’antécédent de son client ne suffisent pas à prouver sa culpabilité. Doutant, par la même occasion, de la crédibilité du témoignage de la victime. Jugement le 5 février.