Toutes les églises de Charleroi Nord et Lodelinsart sont en fait condamnées.


Trois églises du district centre de Charleroi sont condamnées à disparaître. Sur la place Edmond Gilles à Lodelinsart, la déconstruction de Sainte-Marie débutera la semaine prochaine. L’apparente précipitation qui entoure ce dossier résulte de lenteurs que l’évêché de Tournai attribue à la Ville.

Dans un communiqué, le responsable du Service d’accompagnement à la gestion des paroisses (Sagep) rappelle que la situation problématique de ce lieu de culte fréquenté était connue des autorités politiques depuis au moins sept ans.

C’est en décembre 2012 en effet que Françoise Daspremont, alors première échevine déléguée à la fonction de bourgmestre, signe un arrêté de police ordonnant l’évacuation. Rapidement, la Fabrique a trouvé une solution de repli : la location à un privé d’un ancien bureau de poste n’a été possible que grâce à une aide locative de la Ville à hauteur de 75 %. "Pendant sept ans, Charleroi n’a pas repris Sainte-Marie dans les priorités de son plan d’investissement", déplore l’évêché. "Le bien a continué à se dégrader irréversiblement."

Incurie ? Prédécesseur de Xavier Desgain dans la fonction, l’échevin Éric Goffart (C +) indique avoir ouvert une réflexion sur la rationalisation des églises dès son arrivée dans la majorité communale. Très vite, il est apparu que les quatre églises de Lodelinsart et Charleroi Nord ne pourraient être maintenues, en raison de leur état : deux ont été désaffectées au culte ; à la Broucheterre, elle a été revendue à un particulier ; et à Charleroi Nord, elle est trop coûteuse à remettre en état. Il en subsiste donc deux, dont celle du quartier Lodelinsart Ouest, où la communauté catholique est peu présente.

Pour l’évêché, il faut donc se mettre à la recherche d’un terrain adapté à une reconstruction : idéalement dans le périmètre de Lodelinsart Centre. Il préconise l’édification d’une église moderne et énergétiquement performante. "À ce stade, aucune décision de ce type ne figure à l’agenda politique", selon Xavier Desgain (Ecolo), qui a toutefois programmé des rencontres dans ce cadre.