Si les deux amis comparaissent ce lundi matin devant la justice, c'est sans nul doute grâce à la victime d'un vol commis à son domicile le 23 octobre 2019. Ce jour-là, divers outils et une disqueuse ont été dérobés. Par Liviu et Claudiu ? Pour le parquet, rien ne le prouve, mais la proximité de la date du vol et de la vente sur Facebook est intrigante.

Trois jours plus tard, soit le 26 octobre, cette même victime découvre avec surprise que ses outils volés sont mis en vente sur Facebook Marketplace. Le piège peut, dès lors, se mettre en place. « La victime a convenu d'un rendez-vous sur un parking avec le vendeur. La police a été avisée et est intervenue sur le lieu du rendez-vous pour la vente. Les deux prévenus se trouvaient dans la voiture », raconte la substitute Pied.

Plusieurs objets de chantier découverts

Liviu et Claudiu sont interpellés. Le véhicule est fouillé et les outils volés y sont retrouvés. Une visite domiciliaire au domicile des prévenus est menée par la suite. « Sur place, les policiers ont retrouvé une cinquantaine d'objets de chantier, dont certains avec le nom de l'entreprise repris dessus. Une partie de ces objets venait d'être dérobée, quelques jours avant. »

Poursuivis pour le recel de ces objets volés, Liviu et Claudiu ne contestent pas les avoir achetés sur une brocante. Liviu reconnaît aussi la détention sans autorisation d'une arme à feu, également achetée sur une brocante pour 15 euros. Pour le parquet, Liviu doit être plus lourdement sanctionné que son acolyte. Et pour cause, puisqu'il présente déjà deux antécédents de recel à son actif. Une peine de 12 mois de prison est requise, avec une peine d'amende pour l'arme à feu.

Pour Claudiu, une peine de travail de 100 heures est jugée opportune. L'avocate du duo plaide une mesure de faveur. Jugement le 9 mai.